En plus de subvenir à nos besoins directs, l’eau est nécessaire pour produire tout ce que nous mangeons, nos vêtements et les objets que nous utilisons.

72% de notre planète est composée d’eau, alors pourquoi l’économiser ? Car nous utilisons de l’eau douce et que celle-ci ne représente que 2,8% de la quantité disponible. 75% de celle-ci est inexploitable, car elle provient des neiges permanentes et des glaces. L’eau qui sort de nos robinets est issue de l’exploitation des nappes phréatiques, des cours d’eau, ainsi que des réservoirs naturels ou artificiels.

Avec le réchauffement climatique, la gestion des réserves d’eau disponibles est devenue une préoccupation majeure. D’ici 2060, la hausse des températures aura provoqué une augmentation de l’évaporation et une diminution de 20 à 30% du débit des cours d’eau. Les nappes phréatiques sont amenées à disparaître. Aux USA, le volume d’eau disponible de ces dernières ne cesse de baisser.

Les populations augmentent au fil des ans et avec elle, les besoins en eau. Nous en utilisons souvent plus que nécessaire. Chaque jour, un Français consomme 150 litres d’eau, c’est 8 fois plus qu’à l’époque de nos grands-parents. Seuls 5% de cette eau potable sert à notre consommation directe.

En attendant que de réelles solutions soient mises en place, nous pouvons agir au quotidien pour diminuer notre consommation d’eau et notre facture à la fin du mois. Découvrez quelques gestes simples et les astuces qui peuvent faire la différence.

1. Prendre des douches

Douche

150 L d’eau sont nécessaires pour remplir une baignoire. En prenant une douche, à condition qu’elle ne dure pas plus d’un quart d’heure, vous économiserez environ 100 L d’eau. En plus de diminuer votre consommation en eau, le besoin d’énergie de votre chaudière sera diminuée, car elle aura de plus petites quantités à chauffer par rapport à un bain.

En limitant la quantité de savon ou de shampoing que vous utiliserez, vous réduirez également le temps de rinçage. N’oubliez pas de fermer le robinet lorsque vous vous savonnez ou que vous vous brossez les dents, pour faire encore plus d’économies !

Grâce au pommeau de douche Cirrus, inventé par un Français, vous pourrez diminuer votre consommation d’eau de 72%. Les gouttes sont fractionnées et forment une brume. Cela permet de réduire la quantité d’eau tout en ayant la sensation d’un débit normal.

Le pommeau de douche français Hydrao peut aussi être une manière ludique d’apprendre à vos enfants à consommer moins d’eau lors de leur douche. Cette douchette, équipée de LEDs, change de couleur en fonction du volume d’eau consommée.

Pommeau de douche HYDRAO
Pommeau HYDRAO

En installant des mousseurs hydoéconomes sur l’ensemble des robinets de vos robinets, vous pourrez diviser par deux votre consommation d’eau. Ce petit accessoire facile à installer mélange l’air et l’eau mise sous pression. Vous obtiendrez un débit d’environ 6 L contre 10 à 17 L en moyenne pour un robinet classique. Ces mousseurs coûtent entre 2,50 € et 10 € seulement, leur prix les rend donc accessibles de tous les ménages.

2. Tirer la chasse

Au quotidien, 20% de notre consommation d’eau part dans les toilettes. Une chasse tirée, c’est 9 L d’eau. Par jour, cela fait en moyenne 36 L par personne. Des solutions existent pour réduire cette quantité.

En installant un réservoir à double commande sur vos toilettes, vous pourrez choisir en fonction de vos besoins la quantité d’eau que vous souhaitez utiliser. Le plus petit volume correspond en général à la moitié du plus grand, ce qui permet d’économiser de l’eau de façon non négligeable.

Pour réduire le volume de votre chasse d’eau plus simplement, vous pouvez diminuer la capacité de votre réservoir en y insérant un contenant. Rien de plus facile, il vous suffit de lever le couvercle et d’y déposer une bouteille remplie d’eau, par exemple.

Vous pouvez aussi apprendre à ne plus tirer la chasse après chaque passage à la maison ou à faire pipi sous la douche. Oui, chaque économie est la bienvenue !

Si vous en avez la possibilité, installer un récupérateur d’eau de pluie vous permettra de faire de belles économies d’eau. Vous pourrez l’utiliser pour votre chasse d’eau mais aussi pour votre lave-linge ou pour la douche, par exemple. Une bonne solution pour valoriser ce que la nature nous offre.

3. Faire la vaisselle en mode écolo

Vaisselle

Pour nettoyer votre vaisselle, privilégiez l’utilisation du lave-vaisselle qui consomme 2 à 3 fois moins d’eau que le nettoyage à la main. Si vous avez l’habitude d’utiliser le mode normal, passez au mode éco. La température de l’eau est plus basse et le temps du cycle est un peu plus long, mais ce programme permet de faire 45% d’économie d’énergie !

Le mieux en matière de consommation d’énergie et d’eau reste le cycle express. Un programme normal dure 2h15, contre 30 minutes pour le mode express qui fait sensiblement la même chose. Il consomme pourtant jusqu’à 50% d’eau et d’électricité en moins. Quand on sait qu’un lave-vaisselle utilise 12 à 15 L d’eau, cette économie est non négligeable pour l’environnement.

Si vous faites la vaisselle à la main, apprenez à la faire en mode zéro gaspillage. Pour cela, rassemblez votre vaisselle sale dans une bassine remplie d’eau. Lavez-la sans ajouter d’eau supplémentaire, puis videz l’eau sale. Rincez votre vaisselle avec un filet d’eau que vous conserverez dans votre bassine pour y déposer la vaisselle sale des prochains repas.

4. Changer sa manière de s’alimenter

L’agriculture est l’industrie qui consomme le plus d’eau. Pour élever un bœuf, il faut beaucoup d’eau : l’animal boit, mais il mange aussi des céréales et du fourrage qui ont été arrosés pour pousser. Cela représente 1500 L d’eau pour 1 kg de viande.

64% des terres agricoles en France sont dédiées à l’élevage du bétail. Manger moins de viande permet donc de diminuer notre impact environnemental et les besoins en eau que nous générons par notre consommation.

D’une manière générale, notre alimentation nécessite énormément d’eau, 3000 L d’eau pour 1 kg de riz, 55 L pour 1 kg de tomates, etc. Il devient important de diminuer le gaspillage alimentaire dont nous sommes responsables et de valoriser tous ces aliments qui ont nécessité de l’eau et d’autres ressources pour être produits.